enfin !

Publié le par Francis Delabre

 

 

Après cinquante longues années d'attente,

les Capenoules entrent enfin à l'église

 

 

 

untitled cr

 

le dimanche des rameaux 17 avril à 16 heures

en l'église d'Ecuelin (59),

charmant village à quelques kilomètres d'Aulnoye-Aymeries, célèbre gare de triage

Lecture du livre

Capenoules!

par l'auteur

 escorté de William Schotte au violoncelle

   Photo scène William 

récidive à 20 heures 30

le mardi 19 avril, sainte Emma

en la grande salle de la Maison Folie de Moulins - Lille
 

C'est en février 2010 que Francis Delabre, alors patron provisoire de l’estaminet L’Enfarcé, comprit la nécessité de commettre cette lecture.

Comme on s'en souvient, à l’occasion de la sortie de son livre Capenoules !, la Maison Folie de Lille-Moulins lui avait offert 6 semaines de résidence. Le rez-de-chaussée de cette ancienne brasserie avait été transformé en estaminet, meublé année 70 et décoré des archives Capenoules. S’y déroulèrent maints ateliers, tables rondes et concerts autour du sujet en question. Ce fut un réel succès. Les innombrables clients qui passèrent par là s’en souviendront longtemps.

Ce que l'on sait moins, c'est qu'entre deux tirages de chopes, Francis Delabre replongeait sans cesse dans ce livre qu’il avait pourtant écrit. C’est d’ailleurs ce qu’il disait aux futurs lecteurs lorsqu’ils voulaient en savoir plus sur l’ouvrage : Je ne peux pas vous en dire grand-chose, je ne l’ai pas encore lu.

Ah bon ?, disaient les gens.

Ben oui,  je n’ai fait que l’écrire, répondait-il en leur offrant un verre de 3 Moulins. 

Il ne croyait pas si bien dire.

Très vite, les gens le mirent au pied du mur.

Il fut pris au piège qui se refermait lentement sur lui.

C’est ainsi que le 2 mars à 18 h 30, à la demande générale, il franchit la subtile frontière entre l’écrit et l’oral.
Il y eut des gens heureux, ce soir-là, à La Ducasse, haut lieu de la gastronomie capenoulesque de Lille, qui eurent la chance d’entendre cette voix de basse leur causer de l’épopée des Capenoules. Jusque tard dans la nuit, les chopes, les frites, les potjevleeschs et l’ouvrage se vendirent comme des petits pains.

Mais Delabre, entre deux bières, était perplexe.

Il pensait déjà à mieux. Il pensait à son vieil ami musicien. Celui qui, à chaque sortie d’un de ses nouveaux livres, avait, depuis 15 ans, savamment accompagné au violoncelle les lectures de Gilles Defacque, comédien et directeur du Prato, Théâtre International de Quartier de Lille.

A 5 heures 30 du matin, il l’appela dans sa Flandre profonde.

William Schotte.

Ce qu’il se passa alors et ensuite serait trop long à coucher ici.

Il y eut une autre lecture solo en avril, à la librairie Mots et Cie de Carcassonne, puis, le jeudi 16 septembre à 20 h, au Kouthof, à Arnèke (59), magnifique estaminet flamand récemment ouvert par Christian Jacquemain (créateur de la fameuse L’Gaïette lilloise), les deux compères s’en donnèrent à cœur joie, ajoutant ce grand plus qu’il manquait aux premières lectures : la musique et les chansons.

Ce qui s’en suivit serait également trop long à coucher.

C’est ce que firent malgré tout nos deux compères au petit matin, après un court passage en Belgique, et le lendemain, ce duo de choc s’en vint récidiver à la Contre Allée, éditrice de Capenoules !, à l’occasion des Journées du Patrimoine.

La première boucle était donc bouclée.

Et le succès grandissant.

Dès lors, il n’était plus question d’en rester là.

Aussi, ne manquez surtout pas ces deux seules et uniques dates en France, avant Las Vegas, Toronto, Hersin Coupigny et Flines-les-Raches.

 

 

 

 



Commenter cet article