Marcel était de passage comme nous

Publié le par Francis Delabre

IMGP0849                               Raoul de Godewarsvelde par Roger Frézin - photo Claude harchin
 

 

Voilà que Raoul se met à récupérer ses potes au mois de décembre !
Là-haut, se prendrait-il pour un Père Noël à l'envers ?
L'année dernière c'était Marco
Aujourd'hui c'est Marcel
Pourtant Marcel
Ce vieux communiste
Aura du mal à monter là-haut
Sauf si un bon d'mi l'attend au bout du chemin
Dans un verre à l'endroit

 

Hommage du PCF à travers un communiqué de Fabien Roussel : "Marcel Decubber avait quitté l'usine de Fives en 1948 pour entrer au quotidien Liberté. L'apprenti-métallo y deviendra photographe de presse, un photographe de qualité reconnu comme tel par toute la profession. Né à Wazemmes dans un milieu particulièrement modeste, il avait grandi dans la fameuse Cité philanthropique (aujourd'hui résidence des Beigneaux), construite à l'origine pour les familles les plus pauvres. Marcel Decubber restera toute sa vie attaché à sa cité, à son quartier et, de manière générale, au monde des prolétaires. Ses valeurs étaient l'amitié, la solidarité, l'humain. Marcel Decubber était un homme qui aimait la vie. Dans la bouche de ce conteur né, la moindre anecdote prenait une saveur incomparable. Il lui arriva d'ailleurs régulièrement de délaisser son appareil photo pour rédiger des chroniques (« Dans ma rue disparue ») qui faisaient le bonheur des lecteurs de Liberté. De sa jeunesse dans un quartier aussi vivant que Wazemmes, Marcel Decubber avait le goût de la convivialité. Personne ne s'étonna de le retrouver, un jour, avec son ami Francis Delebarre, alias Raoul de Godewarsvelde, sur le devant de la scène parmi les Capenoules. Il en fut, avec d'autres, l'un des piliers".
(in Nord-Eclair du 1-12-2010)

Commenter cet article