Retour aux affaires

Publié le par Francis Delabre

DSC 0001La meilleure preuve qu’il existe une
intelligence extraterrestre, c’est que personne n’a essayé de nous contacter.
Bill Watterson Philosophe

 


Retour donc aux affaires, après une grippe AH! AH! AH! de la plus belle eau, réveillonesque et carabinée.

Aujourd'hui, alors que tout le monde autour de moi a endossé son lourd manteau de fourrure, j’ai posé sur ma tonsure mon chapeau de fou rire. Puis j’ai enlevé l’étroit moustiquaire de ma fenêtre. C’est l’hiver.

Dans cette période complètement givrée, le chaud d’un fou rire peut être un grand moment d’extase.


Hordoncques, pour en revenir, si je vous ai raconté précédemment cette histoire de Raoul Capenoule, c’est bien sûr parce que j’avais une idée derrière la tête.
Enfin, une idée, c’est un euphémisme belge… il se fait que depuis 4 ans et demi, oui oui, vous avez bien lu, Mesdames et Messieurs, 4 ans et demi, bientôt 5, je me suis engouffré dans une bordée sans nom, genre vous mettez un cheveu et c’est toute la tête qui y passe. Et le reste. Contenant et contenu.

Bref, dans les années 2005-2006, alors que ma vie était bien peinarde, entouré on ne peut mieux des miens dans mon petit village au pied de la Montagne Noire verdoyante, deux énergumènes, un garçon et une fille, ont lancé un matin dans le tuyau de mon téléphone sans fil l’idée d’écrire un bouquin sur les Capenoules…

Si vous pensez à cette minute que c’est un beau cadeau pour un homme de mon âge, laissez-moi vous dire que vous vous mettez le doigt dans l’œil jusqu’au coude, et que j'arrête-là pour aujourd'hui.

Commenter cet article

clau de la porte de béthune 08/01/2010 20:25


Ouai il faut du temps pour tirer un bon jus de ta vigne à condition qu'on te la taille ;hein kamarade